Créer un site gratuitement Close

III) Les gestes inconscients

.... Et les gestes qui font l'Homme !

 

 

S'il existe à présent des méthodes pour apprendre les gestes adéquats, il ne faut pas oublier que la plupart de nos gestes sont inconscients. Certains gestes reviennent donc en permanence chez chacun, politiques ou non, par réflexe, par habitude, et par instinct. Un enfant ne fait que reproduire les gestes de ceux qui l'entourent. Il ne fait que mimer, puis en grandissant, il acquière sa propre gestuelle, reflet de son caractère. Il s'agit de réactions émotionnelles, de la traduction de la pensée. Une illustration de la parole.

Ainsi, la timidité, le stress, la honte, le doute et bien d'autres émotions sont reflettés dans nos gestes, en particulier par les mains et les rictus du visage.

 

Lorsque nous mentons, ou que nous dissimulons un doute, nous sommes en général trahis par notre gestuelle.

 

Et de nombreux politiques se font pièger par cela: Le corps contredit la parole, et reflète la pensée en temps réel.

 

Il y a deux sortes d'émotions : 


• Les émotions supérieures, c'est-à-dire les superficielles. Celles que le homme politique veut faire passer.


• Les émotions inférieures, qu'il ressent réellement.

Lorsque l'émotion inférieure est de même nature que l'émotion supérieure, la personne montre et dit ce qu'elle ressent. Par contre, lorsque l'émotion inférieure est dissemblable, il y a un décalage. Et c'est donc à ce moment que le locuteur se fait piéger par sa gestuelle.

 

 

 

Continuons avec un peu de littérature. Comme le dit Stefan Zweig dans Vingt-quatre heures de la vie d'une femme, "La main, elle, trahit sans pudeur ce qu'ils [les joueurs] ont de plus secret". En effet, l'héroïne de cette oeuvre passe de longs moments dans une salle de jeux, et a appris, grâce à son mari, à décripter les différentes attitudes des joueurs qu'elle observe. 

 

L'exemple de ce cadre du jeu est en effet très intéressant pour nous qui cherchons à prouver que la gestuelle est directement la traduction de notre pensée : tout joueur cherche à dissimuler ses émotions, afin de ne pas dévoiler son jeu. Pour cela, il vérouille en quelque sorte tous les rictus du visage afin de ne pas se trahir. Mais ils oublient en général leurs mains.

 

L'auteur fait alors de longues et belles descriptions sur ces mains qui révèlent l'homme.  En voici quelques extraits:

 

- "Elles relèvent, par leur façon d'attendre, de saisir, de s'arrêter, l'individualité du joueur : griffues, elles dénoncent l'homme cupide. Lâches, le prodige. Calmes le calculateur, et tremblantes, l'homme désésperé. Cent caractères se trahissent ainsi, avec la rapidité d'un éclair, dans le geste que l'on fait [...]"

"Le jeu révèle l'homme, c'est un mot banal, je le sais; mais je dis, moi : sa propre main, pendant le jeu, le révèle plus nettement encore."

 

"[...] il y a des milliers d'attitudes dans les mains, les unes bêtes sauvages aux doigts poilus et crochus qui agrippent l'argent à la façon d'une araignée, les autres nerveuses, tremblantes, aux ongles pâles, osant à peine le toucher, nobles et viles, brutales et timides, astucieuses et, pour ainsi dire, balbutiantes; mais chacune à sa manière d'être particulière, car chacune de ces paires de mains exprime une vie différente". 

 

Voici d'autres citations, qui illustrent elles aussi ce principe fondamental des émotions :

 

- " La meilleure façon de se taire, c'est de parler avec les mains", de Yvon Rivard.

- " On a besoin de ses mains pour dire les choses que la parole ne traduit pas", d' Anne Hébert.

- " Je parle avec les mains. Les mains, c'est le prolongement de la pensée, et moi, j'ai beaucoup de pensées, c'est tout...", de Smaïn.

- " L'homme pense parce qu'il a des mains! ", de Anaxafore de Clazomènes.

 

 

 

Après la littérature parlons des médias. Nous en avons parlé dans notre introduction, il s'agit de la série américaine "Lie to me" qui signifie "Mens-moi". Cette série met en scène le synergologue Docteur Cal Lightman, qui analyse les gestes et les expressions du visage des accusés, afin de résoudre des enquêtes criminelles et civiles particulièrement complexes. Un des nombreux aspects intéressants dans la série est l' analyse des suspects comparée à celles d'hommes politiques et de célébrités qui reproduisent les mêmes gestes, les mêmes mimiques. Le générique de la série résume très clairement la situation : "Quand vous cachez la vérité, Votre visage le révèle. Quand vous êtes malhonnête, votre corps le montre. Et quand vous dites un mensonge,  sa science l'expose. La vérité est écrite partout sur votre visage"


A cause du téléchargement illégal, nous n'avons pas pu mettre la vidéo directement sur notre site, c'est pourquoi nous vous avons procuré un CD, sur lequel vous pourrez visionner un épisode qui résume tout à fait le concept de la serie, et qui illustre parfaitement nos idées. (Tout le début jusqu'au générique à 03:45) :

 

 

De plus, ce cours générique nous montre quelques micros expressions du visage :

 

 

 

 

 

Nous en avons également parlé dans l'introduction, il s'agit de l’émission "Déshabillons-les !", présentée par Hélène Risser sur la chaîne du Sénat Public. En voici une totalement dédiée à la gestuelle des politiques: 

 

 

 

 

 

 

Penchons nous cette fois sur LE politique de notre actualité, notre président de la République, afin de cerner ses failles, toujours si recherchées par le public. Nicolas Sarkozy est en effet très intéressant, il a une gestuelle très variée et très riche. Josseph Messinger en à même consacré un livre.

 


51pptriugol-sl500-aa300.jpg

 

• Nicolas Sarkozy

 

Nous l'avons donc vu dans la partie précédente, Nicolas Sarkozy est un homme de pouvoir très calculateur.

Cependant, il est considéré par les synergologues comme quelqu'un de très émotif, et sa vulnérabilité prend quelques fois le dessus. Face aux émotions, son comportement peut donc rapidement devenir très impulsif. Nous l'avons vu au cours de son mandat, certaines altercations avec son public n'auraient pas dûes avoir lieu. Pourtant, Sarkozy se contrôle de manière permanente, afin de donner l'impression d'être un homme qui maîtrise la situation. Mais son hyperémotivité reste son talon d'Achille. Un geste qui revient souvent est la prise de son poignet droit par sa main gauche. D'après Joseph Messinger, cela signifierai qu'il privilégie ses émotions au détriment de sa raison. Et certain geste comme notamment cette main gauche emprisonnant son poignet droit forme un barrage à son esprit logique. "Il affirme sa vulnérabilité". On retrouve également souvent l'index qui barre ses lèvres: un signe de tromperie, qui n'ai d'ailleurs pas reservé à N.Sarkozy, mais qui revient énormément chez tous les politiques.

Mais lorsque ces émotions spontanées, fougueuses et passionnées sont bien utilisées, bien canalisées, elles peuvent tout aussi bien représenter un atout pour renforcer l'impact des arguments émis.

Les émotions ne sont donc pas forcément un point faible chez les politiques, à partir du moment où ces derniers savent s'en servir professionnellement, et savent  les contrôler.

 

 

 

 


1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2012-01-27

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site